Catégories

Est-on obligé d’aider ses parents ou beaux-parents ?

Est-on obligé d’aider ses parents ou beaux-parents ?

Le lien familial est un lien sacré qui unit parents et beaux-parents à leurs enfants ou à leurs gendres, et vice-versa. En vertu de ce lien, ces derniers se doivent d’aider leurs parents quoiqu’il se passe, lorsqu’ils se retrouvent dans des situations extrêmes. La loi vient renchérir ce fait en instaurant l’obligation alimentaire qui oblige les enfants à apporter leur soutien à un parent qui se trouve dans l’incapacité d’assurer ses besoins primaires.

Qu’est-ce que l’obligation alimentaire et qui en sont les concernés ?

L’obligation familiale est tout simplement une aide d’ordre financière ou en nature, apportée par un enfant à ses parents. Cette aide a pour but entre autres de permettre à ces derniers de pouvoir subvenir à des besoins comme se soigner, se nourrir, se loger, etc.

A lire également : Comment prendre soin d'un proche âgé ?

L’obligation alimentaire n’est pas fixée au préalable. Elle varie en effet selon les ressources et les charges de l’enfant, ainsi que les besoins éventuels du parent. Ce n’est donc pas une somme ou une pension d’office imposée. De plus, elle s’applique en général à tout descendant, vis-à-vis de l’un ou l’autre de ses ascendants dans le besoin.  En ce qui concerne les gendres vis-à-vis de leurs beaux-parents, il ne s’agit pas là d’obligation alimentaire, mais plutôt de versement d’aliments.

Il faut noter qu’en cas de divorce ou de décès d’un conjoint, le versement d’aliments n’est plus une obligation.

A lire en complément : Comment gérer les relations avec un ado ?

Les cas d’exception

L’obligation alimentaire et le versement d’aliments constituent un devoir important pour les enfants envers leurs parents ou leurs beaux-parents. Toutefois, il existe des cas d’exception, où l’enfant n’est pas forcément tenu de respecter ces obligations.

Le premier cas concerne les enfants dont les ascendants ont gravement failli à leurs obligations à leur égard. Les exemples d’abandon, de maltraitance ou de violence sont notamment soulignés. Les enfants s’étant retrouvés dans ce genre de situation au préalable auprès de leurs parents, ne sont pas tenus en retour d’aider ceux-ci.

Le deuxième cas concerne les enfants dont les parents se sont vus retirer l’autorité parentale. Ces derniers ne peuvent pas exiger en retour de recevoir une quelconque aide alimentaire venant de cet enfant.

Les sanctions encourues en cas de non-respect du versement de l’obligation alimentaire

L’obligation alimentaire étant « obligatoire », des sanctions sont prononcées à l’égard des enfants ou des gendres qui décident de ne pas aider leurs parents ou leurs beaux-parents. En effet, une pension non versée pendant une période allant au-delà de deux mois est considérée comme un délit d’abandon de famille. Ce délit est quant à lui passible d’une peine de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 15000 €.

Articles similaires

Lire aussi x